Laâyoune : Les atrocités du Polisario dévoilées à des juristes espagnols

Laâyoune : Les atrocités du Polisario dévoilées  à des juristes espagnols

Une délégation de juristes espagnols s’est arrêtée pendant trois jours à Laâyoune sur les violations flagrantes commises dans les camps de Tindouf par les milices du Polisario. Cette visite à Laâyoune vient en réponse à l’invitation de l’Association des victimes et des disparus du Polisario présidée par Dahi Agai, et ce pour participer à une rencontre internationale sous le thème «Les crimes du Polisario et les constantes historiques de la marocanité du Sahara». 

Cette rencontre a été ponctuée de témoignages bouleversants de victimes de la torture et des mauvais traitements subis dans les geôles du Polisario, ainsi que les exactions commises par les dirigeants de cette entité artificielle en vue d’imposer leur autorité aux populations des camps de Tindouf.

Les participants à cette rencontre ont exprimé leur inquiétude quant aux crimes contre l’humanité commis au quotidien dans les camps de Tindouf au vu et au su des dirigeants algériens et qui refusent tout recensement des populations de ces camps pour des raisons liées au détournement des aides humanitaires.

Selon M. Agai, l’organisation de cette rencontre rentre dans le cadre des activités de l’association visant à dévoiler à l’opinion publique nationale et internationale les crimes et violations des droits de l’Homme commis par le Polisario dans les camps de Tindouf en territoire algérien, et intervient après la décision de l’Audience nationale, la plus haute instance judiciaire espagnole, d’accepter la plainte déposée par l’association contre des tortionnaires du Polisario.

Cette juridiction espagnole a jugé dernièrement recevable la plainte de poursuivre des dirigeants du Polisario, dont Brahim Ghali et de hauts responsables algériens, accusés de «génocide, assassinats, blessures, détention illégale, terrorisme, tortures et disparitions».

Cette association recense plus de 800 personnes disparues dans les geôles du Polisario. En marge de cet événement, les juristes espagnols ont eu une série de rencontres avec les autorités locales, dont Khalil Dakhil, wali de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, pour les informer sur les réalisations accomplies en matière de développement et de l’évolution des droits de l’Homme dans les provinces du Sud du Royaume, ainsi que les efforts déployés localement pour assurer les autres droits économiques et sociaux.

Au sujet de la question de l’intégrité territoriale, la délégation a eu l’occasion de suivre un exposé sur les derniers développements du différend artificiel autour du Sahara marocain et la proposition marocaine d’autonomie dans les provinces du Sud, saluée par la communauté internationale, et le rôle joué par les commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme pour ancrer cette culture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *