Laâyoune : Pour une meilleure santé de la femme

Cette manifestation scientifique a eu lieu du 26 au 28 juin, grâce à l’initiative de l’Association du corps médical de Laâyoune (ACM), en coopération avec la wilaya de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et les conseils locaux, et elle a connu la participation des cadres médicaux et paramédicaux des villes du Sud, ainsi que des professeurs du CHU de Casablanca, de Rabat et de Marrakech.
Ces journées ont eu pour but de faire connaître les nouveautés en matière de gynéco obstétrique, les urgences psychiatriques et les urgences de l’asthme aigu, et également de  permettre aux professionnels de la santé de se mettre au diapason des nouvelles technologies qui sont aujourd’hui très utiles pour diagnostiquer et détecter certaines pathologies, et s’inscrivent dans le cadre des actions de formation continue initiée par l’ACM de Laâyoune au profit du personnel médical dans la région.
Selon le président de l’ACM, Reda Jdaini, «cette rencontre offre un espace d’échange d’expériences sur des questions différentes liées au système de soins de santé en général et plus particulièrement aux méthodes gynéco-oncologiques de dépistage primaire du cancer du col de l’utérus».
Les travaux de cette rencontre se sont déroulés sous forme de communications, de conférences et d’ateliers pratiques ayant pour objet : l’hygiène des mains et la réanimation cardio-respiratoire,  la prise en charge des cancers avancés de l’ovaire, l’intérêt du ganglion sentinelle dans la prise en charge des cancers pelviens, les médicaments dangereux au cours de la grossesse, le dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus, et les actualités thérapeutiques du cancer du sein.
Les participants à cette rencontre, ont débattu également sur les lésions méniscales du genou, les rôles des infirmiers, l’usage des médicaments anticancéreux, la tuberculose ultra résistante, la tendinite de l’épaule, l’entorse de la cheville, les activités du service social de l’hôpital Hassan II et la rôle de l’infirmier dans le prévention tertiaire.
En marge des travaux des activités scientifiques de ces journées, des campagnes de consultations multidisciplinaires étaient organisées au profit des habitants des quartiers défavorisés de la ville, et dans différentes disciplines comme la cardiologie, la gynécologie, la gastro-entérologie.
Ces journées sont le reflet du dynamisme de la société civile locale, et viennent  pour accompagner la volonté des pouvoirs publics pour l’amélioration des conditions sanitaires de la population du Sud, comme c’était le cas, il y a quelques jours, avec le premier  congrès régional de la santé, qui s’est déroulé dans la ville de Laâyoune du 11 au 15 juin  sous le signe «Les collectivités locales et leur apport au système de santé». Cette rencontre médicale qui a regroupé les professionnels de la santé des trois régions du Sud était la première du genre.
En ce sens qu’elle a permis d’échanger les expériences entre les professionnels de la santé dans cette partie du Royaume, tout en s’arrêtant sur le rôle que doivent jouer les collectivités locales dans la mise à niveau de ce secteur vital.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *