Laâyoune : Près de 12 MDH pour sauvegarder le cheptel

Laâyoune : Près de 12 MDH pour sauvegarder le cheptel

Pour la préservation et la sauvegarde du cheptel dans la province de Laâyoune, un programme ambitieux est actuellement en cours, dont le coût s’élève à plus de 11,78 millions DH.
Ce programme, lancé depuis le mois de juin 2007, est destiné principalement à aider les éleveurs à faire face aux effets négatifs de la sécheresse, et porte essentiellement sur la distribution de fourrages (94.900.000 DH) au profit des éleveurs et coopératives agricoles dans la province, la création de points d’eau au niveau des pâturages (300.000 DH), la distribution de l’eau par camions citernes (506.000 DH) et l’encadrement vétérinaire et surveillance épidémiologique du cheptel (1.485.000 DH).
C’est ainsi que plus de 5.280 tonnes de fourrages (3.885 tonnes d’orges et 1.400 tonnes de maïs subventionnés) ont été distribuées au profit des éleveurs et coopératives agricoles dans la province de Laâyoune dans le cadre de ce programme. Cette quantité de fourrages a été distribuée par 5 tranches à 7.017 éleveurs et 43 coopératives. Ce programme a, également, porté sur la construction et l’équipement de plusieurs points d’eau dans les communes rurales de Tah, Hagounia, Dchira et Boucraa dans la province de Laâyoune.
«La direction provinciale de l’agriculture à Laâyoune a mené plusieurs campagnes de sensibilisation contre les maladies affectant les troupeaux et des opérations de vaccination du bétail pour maintenir le cheptel en bonne santé, et  prévoit de nouvelles actions au niveau nutritionnel du cheptel, de la santé des animaux et de la création de nouveaux points d’eau», explique Said Aqarial, chef de la direction provinciale de l’agriculture à Laâyoune.
Et d’ajouter que ledit programme va de paire avec la réalisation de plusieurs chantiers de développement et à travers la mise en place d’importantes infrastructures et des moyens humains et matériels pour fournir les services nécessaires au développement agricole dans cette zone du territoire national. Ces programmes ont concerné essentiellement des projets d’aménagement hydro-agricole destinés à l’amélioration de l’irrigation, de mise en valeur agricole et du développement rural pour la valorisation de la production agricole, d’infrastructure de développement de l’immatriculation, de la géodésie et de la topographie de mise en place des services d’appui au développement agricole,  des actions de protection et de sensibilisation sanitaire contre les principales maladies animales.
Il s’agit, en outre, des campagnes de prophylaxie sanitaire et de lutte contre les maladies à incidence économique et qui sont conduites régulièrement selon un programme préétabli. Ces efforts ont permis d’atteindre des résultats appréciables en matière de production animale et végétale. Cependant, dans la zone sud du Royaume, trois modes d’élevage sont adoptés . il s’agit du système pastoral intensif dans lequel les troupeaux sont conduits sur les parcours et dans les périodes de disettes. Ces déplacements restent souvent tributaires des conditions pluviométriques. Le système de l’élevage semi-intensif est appliqué par certains éleveurs de la province qui ont installé des unités de production de lait de chamelle. Ce mode d’élevage a permis de valoriser la production laitière puisque celle-ci n’était, au départ, destinée essentiellement qu’à l’autoconsommation. Le troisième système, quant à lui, concerne l’élevage des vaches laitières de race pure dans la commune de Foum El Oued.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *