Les provinces du Sud s ouvrent sur le monde

Les provinces du Sud s ouvrent  sur le monde

Les principales villes du Sud marocain ont conclu ces derniers temps plusieurs accords de partenariat et de jumelage avec des villes étrangères, s’ouvrant ainsi sur le monde.
La ville de Dakhla a conclu récemment un accord de partenariat avec la ville italienne Turi, et dans lequel les deux parties déclarent solennellement leur volonté d’intensifier leur collaboration mutuelle et de poser les bases d’une action concertée entre les deux villes. Cet accord de coopération englobe plusieurs domaines de coopération dont l’agroalimentaire, le tourisme et la valorisation du patrimoine culturel et artistique. Alors qu’au début du mois une délégation d’élus de cette région a signé à Dakar, au Sénégal, un protocole d’accord avec la commune Gueule Tapée-Fass-Colobane, en vertu duquel les deux parties s’engagent à échanger leur expérience en matière de gestion de la chose locale, ainsi que dans le secteur des coopératives féminines qui constituent de véritables leviers du développement local aussi bien au Sénégal qu’au Maroc.
Cette même ville a déjà signé en octobre 2009 un accord de jumelage avec la ville française Creil, et qui porte sur la mise en place d’un programme annuel de coopération et d’échange dans les domaines d’intérêt commun, l’échange des informations sur les modes de gestion des affaires locales, l’exploration des perspectives de coopération et d’investissement entre les acteurs économiques et les secteurs privés des deux villes, outre le développement des échanges commerciaux bilatéraux.
Pour ce qui est de Boujdour, troisième plus grande ville du Sud marocain, elle vient de signer un accord de jumelage avec la ville italienne de Lozio (province de Brescia, Nord) par le président du conseil municipal de Boujdour et le maire de la ville de Lozio, cet accord a pour objectif de renforcer la coopération et l’échange d’expériences et d’expertises dans les domaines économique, culturel et touristique entre les deux cités.
Alors que les municipalités de Laâyoune et de la ville italienne de Sorrento ont conclu en 2010 un accord de jumelage qui prévoit l’établissement de liens de coopération permanente, des échanges en matière sociale, culturelle, économique, touristique, commerciale et scientifique, et la contribution de la commune à la promotion des idéaux de paix et d’amitié, de la compréhension entre les mondes musulman et chrétien et de la consolidation du dialogue entre les deux rives de la Méditerranée. Ce jumelage devrait ouvrir aux jeunes des provinces du Sud des possibilités de faire des études dans les instituts de formation touristique de Sorrento où ils peuvent parfaire leurs connaissances en art gastronomique et en investissement dans le secteur du tourisme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *