Marrakech : L’ONCF à l’heure du TGV

Sous l’égide de l’Office national des chemins de fer et avec l’appui de l’Union internationale des chemins de fer (UIC), le troisième séminaire international de la sécurité et la sûreté de l’exploitation ferroviaire sous le thème : «Les exigences de la sécurité de la grande vitesse ferroviaire» a été organisé récemment dans la cité ocre.
150 experts en matière de sécurité, représentant des compagnies ferroviaires de 18 pays, ont pris part à ce séminaire. Les discussions se sont axées autour de quatre thématiques : Les exigences de sécurité de l’infrastructure grande vitesse, Les exigences de sécurité pour le matériel roulant grande vitesse, La sécurité dans l’exploitation de la grande vitesse ainsi que La sécurité et la sûreté dans les systèmes grande vitesse.
Par ailleurs, le Royaume se dotera de trains à grande vitesse, raison pour laquelle cette rencontre a été organisée dans le but de profiter de l’expertise des différents réseaux en avance sur ce secteur et d’engager un échange avec les différents intervenants jouissant d’une longue expérience en terme de technologie de la grande vitesse. Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l’ONCF a affirmé à ALM que : «Le Royaume est très bien avancé en termes d’études relatives aux lignes ferroviaires des trains à grande vitesse, qui lieront notamment Casablanca à Tanger. Ce projet évolue conformément au planning arrêté depuis deux ans. Pour nous, ce séminaire est une occasion de faire bénéficier nos cadres et ingénieurs des expériences des autres réseaux ayant une avancée considérable en matière de l’exploitation de la grande vitesse, un fait qui nous permettra de se repositionner pour ce saut qualitatif que nous préparons pour la prochaine mise en ligne des TGV marocains».  
Par conséquent, l’amélioration du mode de management du système de sécurité ferroviaire se manifeste comme levier important pour l’ONCF. Une multitude d’actions ont été adoptées dont la clarification et la simplification de la réglementation de sécurité de circulations ferroviaires. Pour ce faire, l’ONCF a conclu des partenariats avec plusieurs villes du Royaume, notamment la cité ocre ainsi qu’avec divers départements ministériels. Le montant d’investissement dans ce cadre s’élève à plus d’un milliard DH.
Par ailleurs, le projet de lignes ferroviaires à grande vitesse au Royaume permettra de faire face à une demande grandissante que le marché national de transport des voyageurs et le réseau actuel n’ont pu absorber à terme. Le TGV s’inscrit dans le cadre de la continuité des actions de modernisation du réseau ferré national menées par l’ONCF. Néanmoins, le choix de la grande vitesse traduit la volonté du pays pour se hisser au rang des réseaux ferroviaires internationaux de renom.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *