Mohammed Saâd Zemmouri : «Il y a dans le monde musulman et occidental des préjugés négatifs»

Mohammed Saâd Zemmouri : «Il y a dans le monde musulman et occidental des préjugés négatifs»

ALM : Est-ce que les faits et les événements que vit le monde vous ont inspiré le thème de votre livre ?
Mohammed Saâd Zemmouri : Il s’agit là d’un thème d’actualité et d’une grande importance. Ce sont, en fait, les attentats du 11 septembre 2001 à New York qui ont mis au devant de la scène cette question des rapports entre l’Occident et le monde musulman. Certes, ces attentats sont condamnables. Et rien ne saurait justifier le terrorisme aveugle touchant des victimes innocentes. D’ailleurs, ces attentats condamnables allaient révéler le malaise et le mécontentement qui existent dans le monde musulman. Mais ils ont été amplement médiatisés et dans la majorité des cas mal interprétés en Occident notamment par des politiciens, des intellectuels et des journalistes.

Comment se justifie cette mauvaise interprétation des faits ?
Cette interprétation semble faite en se basant sur des analyses mises en place notamment par Samuel Huntington dans les années 1990, et avant celui-ci Bernard Lewis. Il s’agit du choc des civilisations, particulièrement du choc frontal entre la civilisation musulmane et la civilisation occidentale. Cette théorie repose sur l’idée qu’il existe un fossé culturel entre ces deux mondes, diamétralement opposés par leur culture respective.

Est-ce qu’il y a un espoir de changement de ces rapports entre les deux civilisations ?
Cela peut être réalisé grâce à la prise en compte de la dimension politique des problèmes, en cherchant à changer les mentalités et à mieux se connaître mutuellement de manière sérieuse et positive : comme d’ailleurs nous y invite le Coran. Et si nous remontons loin dans le passé, nous trouvons que les hommes et les femmes du monde occidental et musulman ne se connaissent pas. Il y a des deux côtés beaucoup de préjugés négatifs, des stéréotypes et d’ethnocentrisme. Il existe une émotivité exacerbée et une touche de fanatisme de part et d’autre. Il faut accepter des deux côtés à se remettre en question, à s’écouter, à chercher à comprendre et se comprendre voire à dialoguer. C’est peut-être de cette manière qu’on finira par se rendre que le «choc des civilisations» n’est au fond, comme le disait l’universitaire et militant Edward Saïd, que «le choc des ignorances».

Y a-t-il un projet de nouveau livre sur le même thème ?
Ce thème reste, pour moi, un sujet de réflexion permanent et d’intérêt constant. J’appartiens à une civilisation musulmane, j’ai toujours été ouvert sur l’Occident de par ma culture et mon éducation. Et en tant qu’historien des idées, je m’intéresse beaucoup à la pensée occidentale et musulmane ainsi qu’à la manière de voir et d’établir des rapports avec l’autre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *