Oriental : Un programme d’urgence pour l’école communautaire

Oriental : Un programme d’urgence pour l’école communautaire

La secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement scolaire, Latifa Labida, a effectué mardi et mercredi une visite de deux jours dans l’Oriental pour s’enquérir de la mise en œuvre du programme d’urgence lancé par son ministère au début de cette année scolaire. C’était aussi l’occasion d’examiner les difficultés que rencontrent deux délégations qui ont souvent souffert d’isolement et de manque de moyens. Jerada et Taourirt ont bénéficié de cette visite car elles mènent des expériences pilotes en matière de rationalisation des efforts, notamment pour ce qui est des écoles communautaires qui commencent à atteindre leurs objectifs.
«L’école communautaire est une expérience pilote qui a débuté dans l’Oriental. Elle concerne essentiellement les élèves ruraux du primaire. Ils sont regroupés dans un seul établissement pour bénéficier d’aides nécessaires à leurs réussites. De ce fait, ces écoles contribuent à la rationalisation des ressources humaines, la réalisation de meilleurs résultats sur le plan du rendement, ainsi qu’à la lutte contre la déperdition scolaire», a déclaré à ALM Mohamed Benayade, directeur de l’Académie de l’Oriental. «Le contact direct avec les praticiens et les visites de terrain nous réconfortent dans notre quête d’excellence pour améliorer les contenus pédagogiques et solutionner les difficultés matérielles. La réforme est du ressort de l’administration en concertation avec ses partenaires alors que l’innovation est du ressort du praticien», a rappelé Mme Labida. Et de préciser que «la réussite de l’école repose essentiellement sur l’apport des enseignants en classe. Ce sont eux qui constituent la pierre angulaire du programme d’urgence car ce sont eux qui sont en contact direct avec les apprenants. D’où l’importance de leur assurer les meilleures conditions de travail tout en les encourageant dans leurs différentes tâches».
La réussite de l’école est aussi une affaire de qualification des établissements scolaires en matière d’infrastructures, de services sociaux, d’animation, d’outils pédagogiques novateurs et d’indépendance financière. C’est à quoi ont convenu les différents participants aux cinq réunions de travail que la secrétaire d’Etat a tenues avec les différents représentants de la communauté éducative, la société civile et les responsables administratifs au niveau des provinces de Jerada et Taourirt. Le renforcement du budget de l’investissement (+ 123 %) ainsi que celui de la gestion (+114 %) du ministère de l’Education nationale s’inscrit dans cette optique et vise à répondre aux attentes afin d’assurer à l’école les moyens dont elle a besoin pour surpasser ses problèmes.
D’autant plus que l’école vient d’acquérir de nouvelles prérogatives pour son indépendance financière, la qualification des internats et espaces de cours, le soutien et l’accompagnement socio-pédagogique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *