Oujda : Bilan et perspectives de l’offshoring dans l’Oriental

Oujda : Bilan et perspectives de l’offshoring dans l’Oriental

Pour élucider les opportunités de carrière qu’offre l’offshoring dans l’Oriental, la filière du génie informatique de l’Ecole nationale des sciences appliquées d’Oujda vient d’organiser une journée de sensibilisation au profit d’une centaine d’étudiants en génie informatique, génie industriel, télécommunications et réseau. L’objectif est de clarifier davantage la notion de l’offshoring.
Il ressort de la note introductive présentée aux participants que l’offshoring est une alternative d’embauche dûe à la délocalisation des services au niveau international. Il intervient lorsqu’une entreprise déconcentre certaines de ses activités relatives aux services informatiques, processus commerciaux et réseaux convergents. Le Maroc, grâce à la qualité de la formation dispensée et aux avantages de la législation du travail et du plan fiscal et salarial, se place en pôle position.
Par ailleurs, l’Oriental fait partie du «Peer Group», le groupe de régions formant la «ceinture de proche délocalisation» par rapport au marché européen. «Il faut reconnaître que certains étudiants ne maitrisent pas l’ensemble des paramètres entrant en jeu pour réussir un tel challenge, d’où la nécessité de ces journées de contact direct avec les représentants des sociétés de services en ingénierie informatique et des centres d’appels», a expliqué Sanae Ouryemchi, membre du comité d’organisation. «On veut que les étudiants sachent comment tirer profit de ce nouveau domaine en découvrant les projets d’avenir, grâce aux interventions des représentants du CRI d’Oujda : ingénieurs, banquiers et  technologues», a-t-elle ajouté.  
De son côté, Yousra Massaoudi, étudiante à l’ENSAO, a déclaré à ALM : «je participe à cette journée pour identifier le besoin de l’offshoring en termes de ressources humaines, d’infrastructures et avoir une idée sur les projets d’avenir».
Intervenant à cette occasion, Benyouness Mouhcine, représentant de la délégation du commerce et de l’industrie d’Oujda, a dressé un tableau exhaustif de l’offre Maroc en offshoring.
Celui-ci concerne les mesures incitatives se rapportant aux infrastructures réalisées et à l’allègement fiscal proposé. «Ces entreprises sont exonérées de l’IR et l’IS durant les cinq premières années de travail. Elles peuvent aussi être assujetties à un taux ne dépassant pas 20 % après ces 5 ans», a-t-il noté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *