Oujda : Journée de don de sang «spécial femme»

Oujda : Journée de don de sang «spécial femme»

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars, l’Association des donneurs du sang d’Oujda (ADSO) et le comité de la promotion du don du sang du Centre de transfusion sanguine d’Oujda ont organisé, mardi, une journée porte ouverte de don de sang «spécial femme». Une journée de sensibilisation pour encourager les femmes hésitantes à accompagner les actions solidaires et préventives initiées par l’ADSO, mais aussi pour sensibiliser à l’importance du recrutement de nouveaux donneurs et la fidélisation des anciens donneurs. Au fait, le taux de contribution des femmes dans la collecte des sachets de sang au niveau de l’Oriental est significatif. Il était de l’ordre de 45 % dans le Centre de transfusion sanguine ou lors des campagnes externes en 2008. Il est passé à 46,4% dans le centre de transfusion sanguine et à 44,3% lors des campagnes externes en 2010. C’est ce que précisent les données du Centre de transfusion sanguine d’Oujda. Des contributions qui ont permis à la femme au niveau de l’Oriental de réaliser les meilleures performances dans ce domaine. La moyenne nationale de participation des femmes dans la collecte et le don du sang avoisine les 29 %. C’est le cas de Zahra Rachid qui a pulvérisé le record de cent donations. Elle est devenue, grâce à son altruisme et à son dévouement à sa noble mission, l’exemple à suivre pour plusieurs bénévoles qui espèrent dépasser la barre de 100 donations. Aussi le nombre des donneurs de sang est passé de 4820 bénévoles (dont 18 % de femmes) en 1996 à 14.785 en 2010 (dont 45,3% de femmes). Dans la même foulée, le nombre de campagnes de collecte de sachets de sang est passé de 21 campagnes en 1997 à 193 en 2010. L’Oriental se distingue aussi par la prédominance des donneurs volontaires qui sont de l’ordre de 100%, dont 24 % sont des donneurs réguliers. A tel point que toutes les demandes de produits sanguins labiles ont été satisfaites, même si on déplore, par ailleurs, la régression du nombre des nouveaux donneurs. Et c’est pour anticiper toute régression dans cet élan solidaire que la journée du 8 mars a été convertie en journée de sensibilisation. L’approche adoptée par le Centre de transfusion sanguine d’Oujda pour augmenter le nombre des donneurs de sang est une première mondiale. Le recours à des parrains ou des marraines pour sensibiliser à l’importance du don de sang est un choix qui contribuera à la généralisation de la culture de la solidarité sociale dans ce domaine. En somme, les donneurs réguliers vont sensibiliser de nouveaux donneurs pour qu’ils assument par la suite la même tâche dans une sorte de contrat moral renouvelable tacitement. «Les donneurs de sang sont les plus efficaces à transmettre ce type de message et pour encourager les personnes résistantes à s’engager dans cet élan solidaire à l’égard de ceux qui en ont besoin», explique-t-on auprès de l’Association des donneurs du sang d’Oujda. Il est à signaler que la célébration de la journée du 8 mars est placée sous le signe «D’une donneuse régulière de sang à une donneuse marraine». Une nouvelle approche pour assurer la régularité aux dons et anticiper toute éventualité de pénurie. Oujda est considérée comme la première ville aux niveaux national et maghrébin pour la qualité des services assurés, la collecte du sang et le taux de satisfaction.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *