Oujda : première édition du concours du meilleur spot publicitaire

Oujda : première édition du concours du meilleur spot publicitaire

Sous le thème «Open your mind», les étudiants ingénieurs de la quatrième année des filières Génie télécommunications et réseaux (GTR), Génie électrique (GE) et Génie électronique et informatique industrielle (GEII) de l’Ecole nationale des sciences appliquées (ENSA) relevant de l’Université Mohammed I, ont organisé, samedi dernier, la première édition du concours «Meilleur spot publicitaire» 2009-2010. L’objectif annoncé par les initiateurs, tel que l’a expliqué à ALM le professeur Sanae Melhaoui, initiatrice du projet, stipule de donner un nouveau souffle aux activités parascolaires et d’inculquer aux étudiants ingénieurs les techniques argumentatives et la créativité intuitive en différentes situations de communication. «Sur le marché de l’emploi, on insiste de plus en plus sur la rubrique loisirs et savoirs complémentaires d’où la nécessité de se préparer pour ce type d’attentes. Le CV riche en données culturelles et autres savoirs pratiques est plus persuasif. D’autant plus, un ingénieur ne peut réussir dans la vie active s’il limite sa créativité au domaine de sa formation», a fait savoir Mme Melhaoui, avant d’enchaîner : «Des réunions plénières et travaux en atelier durant trois mois ont été programmés pour encadrer les concurrents aussi bien par des enseignants de l’ENSA que par des professionnels (infographistes, commerciaux)». Neuf groupes ont été constitués pour participer à cette compétition et présenter un spot publicitaire concernant des produits et des services fictifs. Au fait, les participants devaient aussi maîtriser les démarches de constitution de dossiers de candidature en bonne et due forme. Ils ont ainsi produit un dossier qui contenait la demande de participation au concours, la charte graphique, la fiche du groupe, la fiche de présentation du produit, la fiche des critères d’évaluation (établie lors des séances de coaching), une vidéo présentant le produit (ou le service) et un historique de cette expérience. Un travail qui n’a rien à envier aux procédures connues dans ce domaine. De son côté, Taher Saidi, membre du jury, n’a pas caché sa satisfaction du travail réalisé par l’ensemble des participants. «On a été très sensible aux techniques de présentation et comment ces futurs ingénieurs défendent leurs «innovations et/ou produits» et comment ils peuvent les mettre en exergue pour les commercialiser». Et d’ajouter : «En tant que responsable au Centre régional d’investissement de l’Oriental, je vois que le travail réalisé permettra à ces ingénieurs d’accéder facilement aux meilleures firmes et sociétés qui verront le jour dans la future technopole d’Oujda». Quant à l’étudiant Brahim Bouhaddar du groupe Wyniaz (Filière GE) qui a remporté le premier prix, il a précisé que le travail qu’il a présenté avec ses amis consistait en la réalisation fictive de nanomachines qui sont de minuscules machines théoriques qui ont la capacité de détecter toutes les maladies dans le corps. «Virtuellement nos machines ont la faculté de détruire toutes les pathogènes et maladies cancéreuses. C’est l’espoir de l’humanité et je pense que le choix de ce thème nous a facilité le travail complémentaire», a expliqué l’étudiant Bouhaddar.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *