Oujda : Renforcer les capacités du tissu associatif

Oujda : Renforcer les capacités du tissu associatif

Pour lancer le «Programme de renforcement des capacités du tissu associatif marocain», l’Agence de développement social (ADS) a organisé, samedi, au centre du tissu associatif d’Oujda un séminaire sous le thème «Ensemble pour un développement durable inclusif». Une opportunité pour quelque 150 associations actives au niveau de la préfecture d’Oujda (dans un premier temps puis celles de Tanger et Béni Mellal ensuite) pour débattre des démarches et modalités de la mise en œuvre de ce programme ainsi que sur les critères de choix des associations qui bénéficieront du renforcement de leurs capacités dans le domaine des programmes sectoriels qui ciblent le développement humain, le renforcement de l’intelligence collective et la promotion des dynamiques territoriales. Un programme qui a nécessité une enveloppe budgétaire de 20 MDH dont 7 MDH seront réservés à la préfecture d’Oujda-Angad. Il sera réalisé en partenariat avec les organisations non gouvernementales italiennes, l’INDH, l’ADS et le ministère des finances. Un programme qui vise le renforcement des capacités des associations à travers la formation, l’appui institutionnel, l’accompagnement des associations, l’échange des expériences entre les ONG italiennes et les associations locales. De fait, les projets des associations seront articulés dans le cadre de stratégies globales de développement qui positionneront les associations concernées dans la mise en œuvre de la planification territoriale réalisée pour les communes urbaines et rurales. «L’ensemble des actions des associations locales doit converger vers la concrétisation des objectifs tracés dans le cadre d’un réel débat autour des attentes et aspirations de la population cible», a expliqué à ALM Kamal El Kacimi, coordonnateur régional de l’ADS à Oujda. Et d’ajouter: «Pour atteindre les objectifs escomptés et pallier les insuffisances constatées, on réalise un diagnostic organisationnel de ces associations pour s’arrêter sur leurs faiblesses et leurs capacités à pouvoir accompagner le développement territorial». A cet effet, trois axes seront ciblés : la gestion interne de l’association, la manière de planifier ces actions et la mise en réseau avec d’autres associations et bailleurs de fonds. Il est à préciser, par ailleurs, que ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase 2011-2015 de l’INDH qui ambitionne de mobiliser toute la société civile pour consolider davantage son action. «Ce sont aussi des projets qui s’inscrivent dans le cadre d’une convention-cadre de coopération pour la conversion des dettes italiennes envers le Maroc», a noté Rachid Zenati, chef provincial de la Division de l’action sociale (DAS) au niveau de la préfecture Oujda-Angad. Il enchaîne : «L’INDH a ouvert beaucoup de champs au tissu associatif pour qu’il soit un vrai partenaire de développement. Elle a aussi initié un ensemble d’actions pour que ce même tissu soit à la hauteur des attentes et puisse gérer, de manière efficiente, les deniers publics».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *