Provinces du Sud : Les mines du Polisario font de nouvelles victimes

Provinces du Sud : Les mines du Polisario font  de nouvelles victimes

Une autre mine antipersonnel a explosé jeudi dernier à 300 km au sud de Dakhla, chef-lieu de la région d’Oued Eddahab-Lagouira faisant deux blessés originaires de cette ville. Selon les autorités locales, les deux victimes, des éleveurs de dromadaires, surveillaient, à bord de leur voiture, leurs troupeaux qui sillonnent cette région à la quête de pâturages. Grièvement blessés dans l’explosion de la mine, les deux éleveurs ont été admis à l’hôpital militaire de Dakhla pour recevoir les soins nécessaires.
Rappelons qu’au mois de juillet dernier un jeune de 24 ans a trouvé la mort dans l’explosion d’une mine dans la région d’Amgala (76 km au sud de Smara), alors que son ami qui l’accompagnait a été légèrement blessé. Deux autres jeunes employés d’une société privée ont également trouvé la mort au mois de septembre près de cette localité.
Ces incidents devenus très fréquents ne manquent pas de susciter l’indignation de la population locale et constituent un danger qui guette au quotidien leur vie, notamment les éleveurs de dromadaires, principale victime de ces mines enfouies sous les sables, malgré leur connaissance du Sahara et des routes à emprunter en plein désert.
Selon plusieurs témoignages, les vents qui soufflent sur cette région et les pluies des dernières années ont contribué à accentuer le danger de ces mines en les déplaçant vers des endroits où elles sont devenues invisibles et donc plus dangereuses.
Face à cette situation, le tissu associatif basé dans les provinces du Sud ne cesse de se mobiliser, et ce en organisant de vastes campagnes de sensibilisation et d’information dans les zones suspectes, initialement recensées, en faveur des populations locales.
Parallèlement à ces efforts, une vaste campagne de déminage est initiée dans cette région par les Forces Armées Royales via les unités de Génie qui procèdent à l’identification et la destruction de ces engins. Cette opération de nettoyage des sites nécessite des délais importants et des moyens énormes en personnel et matériel.
Pour rappel, la présence de ces mines dans cette région et qui se comptent par dizaines de milliers remonte à la phase armée du conflit qui oppose le Maroc aux séparatistes du Polisario, ces derniers ayant semé ces mines d’une manière sauvage et n’obéissant à aucune règle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *