Tanger : Hausse sensible des prix des denrées alimentaires

Tanger : Hausse sensible des prix des denrées alimentaires

Tanger continue de connaître une hausse excessive des prix. Malgré les mesures prises pour le contrôle des prix et la qualité des denrées alimentaires, les prix y demeurent élevés notamment pour les produits de première nécessité. «Cette flambée des prix est plus ressentie à Tanger par rapport aux autres régions. Les prix des denrées alimentaires y demeurent élevés pour les produits de forte consommation pendant le mois de Ramadan. C’est le cas de la tomate dont le prix du kg a atteint 8 DH. Le prix du kg de cette denrée alimentaire a dépassé 10 DH à Fnideq», explique le président de la Ligue de défense des droits des consommateurs, Mohamed Mansour.
Par ailleurs, le commerce des produits alimentaires à Tanger fait l’objet d’un contrôle au quotidien des prix et de la qualité. Outre la hausse des prix, des commerçants pratiquent encore certaines mauvaises habitudes tel que le non affichage du prix. «Nous constatons souvent que l’affichage n’est pratiqué que dans les rayons ou les étalages situés à l’entrée ou les plus exposés au public. La date de préemption n’est pas affichée sur le produit. Nous avons appris que certaines denrées alimentaires qui n’avaient pas passé par le marché de gros abondent pourtant dans plusieurs points de ventes à Tanger», poursuit M. Mansour. Et de faire remarquer que «les services concernés n’ont pas communiqué le nombre exact d’infractions enregistrées lors des opérations de contrôle des prix et de la qualité des denrées alimentaires effectuées dernièrement à Tanger. Mais ils ont fait savoir qu’ils y ont découvert plusieurs cas d’infractions concernant, entre autres, le manque d’hygiène, le non affichage des prix, la non inscription de la date de préemption sur les produits… ». Face à cette hausse excessive du prix, la plupart des consommateurs sont plus attirés par les produits de contrebande.
Ils prennent d’assaut, pendant ce mois sacré, les marchés où se vend ce genre de produits en particulier à Findak Chejra ou Casa Barata. «D’aucuns ne font attention ni à l’origine de ces produits ni à la date de leur préemption», souligne M. Mansour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *