Louafa aux Marocains: «lisez bien vos factures d’eau et d’électricité»

Louafa aux Marocains: «lisez bien vos factures d’eau et d’électricité»

Après les récentes allégations de la presse relatives à l’augmentation des prix des carburants, le ministre de tutelle s’est montré rassurant mercredi à Rabat. Ainsi, le prix du gasoil demeurera inchangé à partir du 16 octobre en s’établissant à 9,69 DH/litre. Le prix de l’essence super, quant à lui, enregistrera une baisse de 7 centimes /litre pour être vendu à 12,80 DH/litre.

Pour leur part, les fuels n°2, n°2 ONEE et spécial s’inscriront dans la même tendance baissière pour s’établir respectivement à 5653.44 DH/tonne, 5451.89 DH /tonne et 6114.92 DH/tonne. Selon Mohamed Louafa, «ces prix sont calculés sur la base de ceux des produits raffinés pratiqués sur le marché international de Rotterdam». Ces estimations sont également calculées en fonction du taux de change du dollar de Bank Al-Maghrib et selon le réajustement des prix nationaux à ceux internationaux.

A propos du marché de Rotterdam, Mohamed Hajroun, directeur de l’énergie auprès du ministère de l’énergie, a expliqué que «les produits pétroliers dans ledit marché ont les mêmes particularités que ceux du Maroc».

En ce qui concerne les prix des carburants, le directeur a expliqué que «leur détermination se fait de manière spontanée et transparente. Aucun responsable n’intervient dans cette opération».
Si l’on tient compte de l’arrêté conjoint du ministre de l’économie et des finances, du ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement et du ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance n°31.14 du 15 janvier 2014, le prix du gasoil devait augmenter de 0,45 DH/litre.

Or le ministère de tutelle, chapeauté par M. Louafa qui a vivement critiqué la presse pour ses allégations, n’a pas entrepris de hausse.
Pour le ministre des affaires générales et de la gouvernance, qui a rappelé qu’une commission est en train d’examiner l’impact de libéralisation des prix, «les changements résultant du calcul du prix de vente de gasoil ne sont appliqués que lorsque leur impact dépasse 2,5%».

Aussi la décompensation du fuel spécial est, aux yeux du ministre, «en elle-même une réforme».
S’agissant de l’augmentation des prix de l’électricité, M. Louafa a vivement invité les citoyens à bien lire leur facture et vérifier si le prix est estimé ou relevé.

Ainsi ils pourront évaluer et maîtriser leur consommation et par là payer la valeur réelle de celle-ci. Egalement de la partie, Mustapha El Khalfi, ministre de la communication, a précisé que les hausses prévues dans le contrat-programme entre l’ONEE et l’Etat font partie d’un projet de réforme d’une valeur de 45 milliards de dirhams financés à hauteur de 70 % par l’Etat.

Les 30 % qui restent étant, selon Mustapha El Khalfi, générés de la hausse des prix tout en rationalisant les dépenses et en procédant à une bonne gouvernance. Ce contrat-programme permet de garantir l’approvisionnement et le maintien des investissements sans porter atteinte au pouvoir d’achat de la catégorie démunie et à l’attractivité d’investissements étrangers. Ceci étant, M. Louafa a saisi cette rencontre pour rappeler qu’un comité de veille de l’ONEE se réunira le 29 octobre.

Il s’est, par ailleurs, exprimé sur le pain subventionné à 1DH 20. «Nous procéderons à un contrôle de qualité», a martelé le ministre qui a indiqué par l’occasion que la farine est commercialisée à 350DH/q chez les moulins et 320 DH/q chez les grossistes. Dans la même lignée, il a précisé que 10 moulins ont reçu un avertissement tandis qu’un autre n’a pas été approvisionné en farine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *