Edito : Transition vitale

Edito : Transition vitale

La flambée actuelle des cours mondiaux des hydrocarbures et du gaz en particulier mettra à l’épreuve les finances publiques des États à travers le monde et les budgets des ménages aussi.

Certes, la bonne nouvelle est que cette surchauffe est synonyme d’une reprise des activités économiques, de la production et de la consommation à un rythme plus rapide et plus élevé que ce qu’avaient prévu les analystes.

Il n’en demeure pas moins qu’elle impliquera aussi des difficultés majeures et obligera les Etats à trouver des solutions pour se protéger et protéger le pouvoir d’achat. Mais bien au-delà, cette nouvelle crise est une nième preuve que les économies sont condamnées à trouver rapidement les moyens de se protéger durablement face à de tels aléas qui se multiplieront inévitablement.

Et dans le cas de l’énergie, la meilleure protection et la plus durable passe par l’autonomisation par rapport aux sources d’énergie fossile en les remplaçant progressivement par les sources renouvelables qui se trouvent être aussi les plus propres. C’est dire si les choix faits par le Maroc il y a plusieurs années déjà sont visionnaires et judicieux.

La transition énergétique mise en marche depuis longtemps, et confirmée par le nouveau gouvernement à travers son institutionnalisation comme département ministériel à part entière, n’est plus une option «écologique» ni un luxe mais véritablement le seul choix viable pour l’avenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *