Un demi-siècle et toujours rien…

Un demi-siècle et toujours rien…

Le 21 juillet 1977, il y a donc 43 ans, le Maroc décidait de créer le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) qui s’est transformé en agence en 2018.

En 2017, le gouvernement lança en plus toute une stratégie nationale pour lutter contre les accidents de la circulation.
Depuis des décennies, le Maroc a tout essayé : sensibilisation, sanctions, campagnes de communication adressées au grand public, opérations diverses de partenariats avec les usagers de la route que ce soit à travers des associations ou d’autres organisations professionnelles. Le tout bien entendu moyennant des budgets annuels conséquents qui, au fil des années, se chiffrent à des centaines de millions voire milliards DH.
Pourtant, face à cet effort budgétaire qui dure inlassablement depuis presque un demi-siècle, le fléau n’a pas baissé et il s’est même aggravé. En dehors de cette année où le confinement va probablement influencer les chiffres, les indicateurs de la mortalité routière en période de trafic normal sont connus : entre 3.500 et 4.000 personnes meurent chaque année sur nos routes, soit une moyenne d’au moins 10 morts chaque jour. Et le trend n’a pas particulièrement baissé ni après le lancement de la stratégie nationale ni après la transformation de l’ancien comité en agence. Il faudra bien qu’un jour on sache où est l’erreur…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *