Hors-jeu : L’apport du consultant

Au cours du match qui a opposé le Maroc au Burkina Faso le commentateur sportif de la RTM a invité le joueur Camacho. Tous les téléspectateurs s’attendaient à ce que le journaliste le questionne sur la nature et la gravité de sa blessure. Mais quelle fut leur surprise quand Abelhak Charrat lui a demandé comment se passe le séjour de l’équipe nationale au Mali. Pourtant l’essentiel était de savoir si l’avant-centre marocain serait disponible pour le match d’aujourd’hui.
Le journaliste est passé vraiment à côté de son sujet, ce qui n’est pas, hélas, une exception à la règle en vigueur chez nos amis de la RTM. Le commentaire sportif à la télévision nationale est devenu un calvaire pour les téléspectateurs par sa médiocrité et le manque de professionnalisme.
Certes il y a des exceptions heureuses, mais la plupart du temps certains journalistes brillent par un langage déplacé et surtout par une méconnaissance flagrante des règles du jeu. Il est vrai que la formation du journaliste sportif laisse à désirer, mais il est inconcevable qu’un speaker qui exerce depuis plus de vingt ans, continue à fausser le jeu au micro et devant la caméra. Heureusement que les responsables de la télévision ont pallié cette carence en engageant des consultants sportifs tels Hamidouche, Zaki ou Haddaoui. Leur présence sur le plateau a apporté un plus du technicien qui maîtrise le « terrain » et qui prend beaucoup de liberté dans son analyse que le journaliste.
C’est ce que font depuis longtemps les télévisions des pays développés en faisant appel à des joueurs de renom tels Platini , Pelé, Maradona et bien d’autres stars. Mieux encore le marocain Hammadi Hamidouche a été sollicité par des chaînes étrangères comme Canal+, Orbite sport ou Dubai sport.
L’ex-joueur du CODM et des FAR a ainsi couvert pour ces télévisions la coupe du monde, la coupe d’Europe, la coupe d’Afrique et la coupe arabe. C’est dire que ce technicien attitré a de l’expertise dans ce genre d’exercice pour que la RTM ne fasse pas appel à son talent. Comme il est le cas d’ailleurs pour Zaki et Haddaoui dont la prestation sur le plateau est aussi appréciée que quand ils jouaient sur le terrain. Il faut donc multiplier ces initiatives, voire agir comme les chaînes étrangères en envoyant des consultants couvrir des évènements à l’extérieur telle la coupe d’Afrique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *