Hors-jeu : Soutien arabe

Le secrétaire général de l’Union Arabe de Football (UAF), Othmane Asaâd, a exprimé son soutien inconditionnel à la candidature du Maroc à la coupe du monde 2010.Cette déclaration est d’autant plus réjouissante qu’elle arrive au moment où la solidarité arabe est mise à mal par rapport au drame qui se passe aujourd’hui en Palestine. La conscience arabe est ainsi faite et elle se décline souvent négativement dans le domaine sportif où l’entraide est devenue un vain mot. Heureusement qu’Othmane Asaâd nous dégage de cette spirale de négativisme en défendant le dossier marocain d’une manière très explicite : « Le Maroc est le meilleur candidat à l’organisation de la coupe du monde eu égard de son expérience, à ses potentialités, à sa situation géographique et à son hospitalité légendaire. » On ne peut pas trouver meilleur porte-parole que le secrétaire général de l’UAF. Encore faut-il que les responsables de ce dossier ne dorment pas sur leurs lauriers en pensant qu’ils ont encore du temps pour battre campagne. Il ne faut surtout pas se leurrer et croire d’office que tous les pays arabes soutiennent notre candidature. L’histoire a démontré que cet espace géographique et politique est très volatil pour ne pas se rappeler de la défection de Qatar lors de la dernière candidature marocaine. Rien n’est sûr dans ce domaine et il est toujours possible qu’un pays arabe dépose sa candidature à l’organisation de la coupe du monde. Dans le passé, certains ont fait savoir leur intention de présenter leur dossier avant de se rétracter en annonçant leur désistement. Certains pourraient êtres tentés de dire que le Maroc a échoué à trois reprises et qu’il est temps qu’il cède la place pour offrir une chance à un autre pays arabe. Ce ne sont point des extrapolations en l’air mais des risques qui peuvent se produire. Et ce n’est certainement pas, Driss Benhima, le président de l’association Maroc 2010 qui va contredire cette thèse sachant qu’il a eu à affronter cette mentalité rigide chez certains dirigeants sportifs arabes. Le paramètre de la politique est une constante dans le monde du sport arabe comme le fait d’imposer un embargo sur les sportifs irakiens pour une faute commise par ses dirigeants politiques. C’est pour ces raisons et bien d’autres qu’il faut commencer dès à présent à promouvoir la candidature marocaine avec tous les outils et les atouts dont dispose notre pays. En plus des acteurs sportifs, il faut impliquer directement la diplomatie marocaine aussi bien sur la scène arabe, africaine qu’internationale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *