Mieux vaut en rire : Par télés interposées…

Mieux vaut en rire : Par télés  interposées…

Ne le croyez pas si vous voulez , mais je vous jure que je fais des efforts surhumains pour essayer de piger quelque chose encore dans le comportement de notre classe politique qui perd, jour après jour, beaucoup de sa classe. Vous ne pouvez pas savoir la tristesse que je ressens à voir certains de ses prestigieux et néanmoins très bavards représentants se bouffer constamment le museau et se tirer mutuellement les oreilles en cassant les nôtres. A mon avis, si ça continue comme ça et à ce rythme, notre ministre du sport devrait réfléchir sérieusement à créer une nouvelle discipline sportive qu’on pourrait appeler, par exemple, «l’insultage».

Ça pourrait consister en des combats à 2 ou à plusieurs, un peu comme le catch, c’est-à-dire avec des règles quand même. Le premier qui perd sa langue, autrement dit qui n’a plus rien à dire, est mis sur la touche… une fois pour toutes. Ça serait super car on n’aura même pas à les renvoyer. Non, franchement, y en a marre.

Tout le monde insulte tout le monde. Si ailleurs, on se contente des noms d’oiseaux, en épargnant d’ailleurs tous les volatiles chouettes, chez nous, ici, tout y passe. Ils ont tellement usé au point de les épuiser les redoutables crocodiles et même les terribles démons – qui ne sont pas à proprement parler des animaux – qu’ils ont fini apparemment par les faire fuir vers je ne sais où. Vous avez vu, on n’en entend plus parler. J’espère qu’ils n’ont pas disparu à tout jamais. Même les pauvres ânes, pourtant corvéables corps et âme, n’ont pas été épargnés. Vraiment je me demande pourquoi ils veulent absolument comparer leurs prochains avec des êtres qui ne sont pas forcément plus bêtes, et, surtout qui n’ont jamais demandé à être mêlés à ce cirque sans nom où des non-trapézistes jouent aux mauvais clowns. Je suis peut-être un peu dur  avec eux, mais, vraiment, ils commencent vachement à m’em…bêter.

Je n’ai pas de leçons à leur donner, mais je suis très tenté de leur conseiller de bien revoir leurs copies tout en arrêtant de copier les uns sur les autres. Et si je pouvais me permettre un petit avis d’un ex-avisé en la matière, je leur dirais que la communication, c’est tout sauf du n’importe quoi. Or, toujours à mon humble opinion d’ancien pubard qui ne passe pas tout son temps libre sur un plumard, ce n’est pas en demandant, voire, paraît-il, en exigeant, à répondre du tac au tac à celui qui a eu droit plus tôt à un temps d’insulte, pardon, à un temps de parole, qu’on va convaincre qui que ce soit. Non, non, la com, ce n’est pas du tout ça.

Oui, bien sûr, il ne faut pas laisser l’autre séduire tranquillement son électorat, et il faut, bien entendu, le parasiter un peu, mais encore faut-il s’assurer que l’autre, justement, a bien séduit ou bien, au contraire, a plutôt très agacé ce pauvre électorat composé encore de rares votants qui ne savent plus à quel Dieu des élections se vouer. Et à propos de Dieu, je vous en prie, suppliez-les avec moi d’arrêter de citer les sourates du Coran sacré n’importe comment et pour n’importe quoi.

Qu’ils sachent définitivement que s’ils ne sont pas convaincants par leurs longs discours bien inutiles, et par leurs rares actes souvent futiles, ce ne sont pas les saintes écritures qui vont les sauver.  Aujourd’hui, ils pensent qu’ils doivent profiter de la télévision tant qu’elle est publique, donc, tant qu’elle leur appartient, mais ce n’est pas parce qu’ils vont se fixer à l’écran, qu’on va nécessairement  les voir, les écouter, ou, encore moins, les aimer.

La Communication, c’est bien, c’est même parfois très bien, mais à condition qu’on sache en user, pas en abuser. En attendant d’avoir un écho un jour, je vous souhaite à tous et à toutes un très bon week-end et une très bonne année.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *