Hommage à Mahmoud Darwich

Hommage à Mahmoud Darwich

La capitale spirituelle du Royaume se prépare à accueillir la 15ème édition du Festival des musiques sacrées du monde. Un rendez-vous incontournable du dialogue des cultures et des religions en terre d’Islam, prévu du 29 mai au 6 juin. «L’arbre de vie» est le thème de cette édition du festival. «La vie du festival gagne en maturité et en qualité année après année, toujours innovant, mais toujours fidèle à son message : le rapprochement des peuples et des religions par le biais du sacré. Un message qui touche tout le monde car la musique sacrée et la réflexion qu’elle suscite n’appartiennent à aucune époque et à aucune religion et s’adressent à tous, sans distinction », a souligné Fatima Sadiqi, directrice générale du festival lors de la conférence de presse, tenue mardi 14 avril,  à Casablanca. Mohammed Kabbaj, président de la Fondation esprit de Fès a ajouté pour sa part : «Il y a plusieurs symbolismes de l’arbre dans toutes les religions. Il est souvent comparé à un axe du monde, un lien qui relie le ciel et la terre. Il est enfin distributeur du breuvage d’immortalité et lié à l’eau, source intarissable de la vie elle-même».
Les organisateurs du festival prévoient des programmes novateurs et variés en adéquation avec l’esprit du festival : concerts, expositions, ateliers et rencontres. Parmi les moments forts du festival, la cause palestinienne sera présente lors de cette édition et plus précisément à Bab El Makina. Il y aura un concert inattendu d’ouverture, en forme d’hommage rendu par le célèbre compositeur et musicien libanais Marcel Khalifa et l’ensemble Mayadin, ainsi qu’au grand poète palestinien Mahmoud Darwich. Le public fassi se régalera par une variété des créations des différents compositeurs et chanteurs du monde notamment,  les deux créations «Cordes et âmes» du célèbre violoniste de jazz Didier Lockwood et sa rencontre avec la chanteuse marocaine Ihsane R’Miki, ainsi que «Mélos-chants de la Méditerranée». On note également des artistes tel Sami Yussuf, une parmi les voix qui montent au firmament du monde arabe avec ses chansons imprégnées de foi. Cette édition offrira au public des spectacles de danse avec la rayonnante danseuse indienne Shantalla Shivalingappa et des Derviches tourneurs de Konya. Cette édition se clôturera avec la célèbre canadienne Loreena Mc Kennit qui trouve l’inspiration de sa musique dans les légendes celtiques. Pendant une semaine, Fès réunira l’expérience des incontournables classiques populaires et la fraîcheur de la nouvelle génération.
À cet égard, différents espaces seront dédiés au festival : Musée Batha, Bab Makina, Place Boujloud, Dar Tazi, Complexes Al Qods et Al Houria.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *