Le Nord veut éradiquer ses bidonvilles

Le Nord veut éradiquer ses bidonvilles

Tanger, Asilah, Tétouan, des villes qui sont résolument déterminées à lutter contre leurs bidonvilles. Pour les deux premières, des « contrats de villes » ont été signés la semaine dernière entre le ministère délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme et les responsables des conseils communaux dans la province de Tanger-Asilah et la préfecture de Fahs-Anjra à cet effet. S’inscrivant dans le cadre du programme national «Villes sans bidonvilles», ces conventions visent l’éradication de l’habitat insalubre dans ces deux provinces à l’horizon 2007. La totalité des projets, d’un budget global de 132 millions de DH, profitera à quelque 6.000 ménages établis dans des bidonvilles dans la région. Ce sont au total 30.000 habitants répartis sur 60 groupements d’habitat insalubre qui seront relogés sur une assiette foncière publique de 122 ha.
Un programme ambitieux même si les deux villes, Tanger et Asilah, demeurent moins affectées que d’autres villes marocaines par le phénomène de l’habitat insalubre. Mais les défis du développement économique de la région, notamment avec le nouveau complexe portuaire Tanger-Med, remettent sur la scène la nécessité de doter la région d’infrastructures urbanistiques à même de résorber le flux de plus en plus important de travailleurs. «Le projet Tanger-Med et ses immenses zones franches vont engendrer une grande affluence sur la région et les estimations prévoient à terme l’émergence de 200.000 nouveaux foyers», a expliqué Ahmed Taoufik Hejira, ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, lors de la cérémonie de signature de ces conventions. Pour y parvenir, le ministre a évoqué une nouvelle issue de secours pour pallier à la saturation de l’espace urbain de Tanger. Il s’agit de l’aménagement de nouvelles villes-satellites pour répondre à cette énorme affluence en perspective.
La ville de Tétouan est également concernée par cette lutte acharnée contre l’habitat insalubre. Dans deux années, cette ville se trouvant à quelques kilomètres de la Méditerranée, sera sans bidonvilles, comme le prévoit une convention qui a été signée en fin de semaine dernière entre le ministère de tutelle et les autorités locales. C’est un ambitieux programme pour l’éradication des sept bidonvilles et le relogement de 603 ménages. Ce programme est doté d’un budget de 25,3 millions de dh, dont 19,7 millions de dh fournis par le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, et de 35 hectares de foncier public. Présent également lors de la signature de cette convention, M. Hejira a appelé l’ensemble des intervenants (agence urbaine, communes, composantes de la société civile) à fédérer leurs efforts et accélérer la cadence d’exécution des actions à entreprendre pour préparer la ville de Tétouan et sa région aux profondes mutations socio-urbaines d’ores et déjà amorcées par les futurs projets structurants en cours de réalisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *