Azilal : Plan d’appui à la santé de la reproduction

Un «ambitieux» projet d’appui à la santé de la reproduction et à la maternité sans risque par l’approche «relais communautaires» vient d’être lancé dans la province d’Azilal dans le cadre des orientations stratégiques visant la contribution à l’amélioration de l’accès des populations rurales aux soins de santé de base. D’une durée de 18 mois, le projet repose sur la mise en place d’un processus participatif visant le renforcement des capacités de 17 associations locales partenaires du projet en matière de santé de la reproduction et de droits de la femme, ainsi que sur l’identification et la formation de relais communautaires parmi la population bénéficiaire du projet, selon l’association «Azilal pour le développement, l’environnement et la communication» (ADEC), Ces relais communautaires bénéficieront de sessions de formation portant sur plusieurs thèmes notamment la santé reproductive, la mutuelle communautaire, les IST, l’hygiène générale et la nutrition. Ils se chargeront de la sensibilisation sur l’approche genre et la nature des services dispensés par les formations sanitaires, l’importance de la planification familiale, de la surveillance prénatale, de l’accouchement en milieu surveillé, des vaccinations et les nouvelles dispositions du code de la famille. Initié par l’ADEC en partenariat avec le ministère de la Santé et le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), le projet concerne quatre communes montagneuses et défavorisées d’Azilal (Tabant, Ait M’hamed, Ait Bououli, Ait Abbas). Selon l’ADEC, le projet vise à «contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la mère et de l’enfant et à capitaliser et plaider pour l’intégration de l’approche des personnes relais dans la stratégie d’amélioration de l’accès aux services de santé». Il tend aussi à améliorer les connaissances et pratiques d’au moins 1300 femmes et 800 hommes en matière d’hygiène, de prévention et de nutrition, en partenariat avec les associations locales, les conseils communaux et les professionnels de santé au niveau des communes ciblées. Parmi les axes du projet figure aussi le lancement d’un programme d’éducation, d’information et de communication auprès de la population ciblée. «Ce projet se veut un service de plus et une valeur ajoutée pour les communes ciblées qui connaissent une insuffisance des infrastructures sanitaires et des difficultés d’accès aux centres de santé, notamment dans les douars enclavés et isolés», souligne le président de l’association, Mustapha Ouzouhou lors d’une visite organisée au profit de la presse pour la présentation de différentes étapes du projet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *