Le TSC seul aux commandes

La salle du Complexe sportif Sidi Mohammed, pleine à craquer, a abrité le samedi dernier l’une des plus belles rencontres de la journée. Cette partie a mis aux prises, dans un derby casablancais, le TSC au Raja devant un public enthousiaste. Dès le début du match, les Rajaouis se ruent à l’attaque et prennent d’assaut le panier du TSC. Ce pressing a permis aux visiteurs d’avoir momentanément un écart de six points.
Les Tihadis ont ainsi été pris de vitesse par les co-équipiers de liche dans les cinq premières minutes. Mais ce n’était qu’un feu de paille puisque les locaux se sont libérés peu à peu de la pression des Vert et Blanc pour faire jeu égal (12-12 à 5’50 et 25-25 à la fin du premier quart d’heure). Le deuxième quart-temps a connu un chassé-croisé à couper le souffle au cours duquel le coach rajaoui Bouchaïb El Guers a tout lieu d’être satisfait.
Ses garçons ont tenu la dragée haute aux géants tihadis. Mustapha Khalfi, par son sang-froid et son opiniâtreté, a joliment bataillé pour garder le score à la mi-temps en faveur de son équipe sur le score de 48-49. Lors de la seconde période, les Tihadis, Amine Toumi (rétabli de sa blessure), Retno Jeson, Boukhris, Bouzidi et Hanouni ont forcé le ton. Les Verts se sont vus distancés de quatre longueurs 63-59 au troisième quart-temps. A 2’54 du temps réglementaire, le sort de la partie n’était pas encore décidé puisque le score était de 74-72. Cependant, l’expérience des gaillards du TSC a prévalu. Les tirs foudroyants à trois points de Bouzidi et Hannouni ont permis à leur équipe d’empocher les trois points de la victoire et par la même de reconquérir le fauteuil de leader. Score final : 90-77. A signaler que le manager Youssef M’jahed du TSC a été suspendu après le match contre le MAS, ce qui l’a contraint à coacher son équipe des tribunes. A Rabat, le FUS a reçu le WAC dans la salle Ibn Yassine.
Les Rouge et Blanc ont subi une cuisante défaite 67-47. Trop pour une équipe au passé glorieux qui dispose de tous les moyens matériels pour figurer parmi les prétendants au titre. Son président, Yssine Toumi Benjelloun, ancien basketteur du club, doit impérativement diagnostiquer le mal et y remédier incessamment avant qu’il ne soit trop tard.
Dans la salle municipale de Tanger, l’IRT était au rendez-vous avec le MAS. Ce dernier a fait cavalier seul tout au long de la rencontre. Le score sans appel de 54-72 en dit long sur la faiblesse des protégés de Khalid Rouass qui avaient pourtant bien commencé la saison. La deuxième rencontre programmée samedi à 17h à Rabat a mis aux prises les FAR au KAC. Tout le monde s’attendait à un réveil des militaires mais ce ne fut pas le cas puisque ce sont les Kénitris qui ont pris le dessus sur les FAR sur le score de 55-78. ce résultat montre bien le mal qui ronge l’équipe militaire, incapable de s’adapter avec le climat des grands bras malgré les moyens dont elle dispose. Pour ce qui est de la rencontre CODM-ASS, elle a été reportée à cause des travaux d’aménagement de la salle Al Massira à Meknès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *