Les coulisses : Quand le politique rejoint

Quand le politique rejoint l’économique
Près de 300 personnalités marocaines ont fait le déplacement à Zurich pour la cérémonie de désignation du pays qui accueillera la Coupe du monde en 2010. Du côté des politiques, ils étaient plusieurs ministres, notamment Karim Ghallab, Mohamed El Gahs, membres de la délégation officielle, et Adil Douiri, arrivé vendredi après-midi. Les parlementaires ont également été très nombreux avec la présence de Nezha Skalli (PPS), Zakaria Semlali (UC) pour ne citer que ceux-ci. Les hommes d’affaires n’étaient du reste. A Zurich est arrivé vendredi maître Kettani, Ahmed Benkirane (vice-président de la CGEM), Mustapha Bakkouri (DG de la CDG), Mustapha Amhal (président Oismine), Aziz Akhenouche (président d’Akwa Group), Abdessalam Ahizoune, (président du directoire de Maroc Telecom), Salwa Karkri Bellakziz (président de l’AFEM) ainsi que Tarik Sijilmassi (DG du Crédit Agricole).

Les artistes en supporters à Zurich
Une cinquantaine d’hommes de lettres, d’artistes et comédiens sont également venus à Zurich pour soutenir la candidature marocaine. On pouvait voir Taieb Seddiki, Ahmed Taieb Laâlej, Abderrazak Badaoui, Mohammed El Jem, Mouna Fettou ainsi que le grand écrivain Abdelkébir Khatibi. Jeudi soir, ils ont pourtant eu une très mauvaise surprise à leur arrivée dans la ville suisse. Très tard dans la nuit, alors que le bus qui les a pris de l’aéroport n’avait pas d’adresse d’hôtel où les amener. Pris en charge par la Primature, ils se sont retrouvés pratiquement dans la rue. Après plusieurs coups de fil, ils ont finalement été logé pour la nuit de jeudi, un peu partout dans des hôtels zurichois, obligés parfois à se partager la même chambre. Ce n’est que vendredi en cours de journée qu’ils ont pu être groupés dans un même hôtel.

La déception de Just Fontaine
«Je suis le meilleur butteur de la coupe du monde mais je ne suis malheureusement pas un Prix Nobel». Les propos sont de Just Fontaine, ambassadeur de la candidature marocaine, après l’annonce du résultat du vote de la FIFA. Dans le hall du WTC, le Français natif de Marrakech était très abattu et n’a pas caché sa déception, n’arrivant pas à comprendre la logique d’une instance internationale dans ce choix du pays organisateur de la Coupe du monde 2010.

Journalistes, véritables vedettes de la délégation marocaine
Les journalistes marocains se sont particulièrement distingués lors de ce voyage à Zurich. D’abord par leur nombre puisqu’ils étaient près de 70 représentants des médias nationaux, audiovisuels et écrits, à couvrir l’événement, alors qu’il n’y avait que 30 Sud-Africains, 8 Egyptiens et deux Libyens. Aucun journaliste tunisien ne s’est déplacé de Tunisie. Les Marocains ont également brillé par leur ma,que d’organisation. Ils n’étaient en effet que la moitié à avoir une accréditation officielle de la FIFA, donnée il y a près d’un mois. Les autres ont dû attendre jusqu’à jeudi soir pour se voir offrir le précieux badge.

La guerre des badges
A propos des badges, il n’y avait pas que les journalistes qui ont peiné pour avoir leur badge « Press ». Tous les officiels qui étaient à Zurichois n’avaient pas le droit d’accéder ni au siège de la FIFA, ni au World Trade Center de Zurich où l’annonce a été faite. Seuls les 16 membres de la délégation officielle et les membres de l’association « Morocco 2010 » y été autorisés. Ceux qui se retrouvaient alors à l’intérieur « passaient » leur badge à ceux qui se trouvaient à l’extérieur du WTC. Baddou Zaki, sélectionneur de l’équipe nationale, a particulièrement souffert de cette situation. Ayant son nom inscrit sur la liste officielle transmise par « Morocco 2010 » à la FIFA, il s’est vu pourtant interdit d’accès au WTC samedi matin. Et pour cause, quelqu’un s’est fait passé pour l’ancien capitaine des Lions de l’Atlas et a récupéré son badge.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *