Programme «Moussalaha» : Une seconde édition en vue

Programme «Moussalaha» :  Une seconde édition en vue

Lutte contre l’extrémisme et le terrorisme

Le programme «Moussalaha» (Réconciliation) connaît un véritable succès. La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) souhaite lancer une deuxième édition au profit des nouveaux détenus. Ce programme élaboré par la  DGAPR  de concert avec   la Rabita Mohammadia des ouléma, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et des experts du radicalisme   a pour objectif d’encadrer et de réhabiliter psychologiquement les  détenus impliqués dans des affaires d’extrémisme et de terrorisme.  La première édition de ce programme avait  été finalisée avec succès entre le 29 mai et le 25 juillet 2017 à l’établissement pénitentiaire d’Al Arjat à Salé.

Plusieurs détenus condamnés dans des affaires d’extrémisme et de terrorisme issus de différents courants jihadistes ont pu bénéficier de ce programme.  Ce dernier se décline en quatre axes. Le premier concerne le volet religieux et a pour but d’assurer aux participants du programme «Moussalaha» une bonne «compréhension» et «assimilation» des textes sacrés.Le deuxième axe, celui des droits de l’homme, a pour but d’inculquer aux participants  des connaissances sur le cadre juridique et légal régissant les interactions au sein de la société ainsi que leurs droits et obligations. Le troisième axe est celui de la réhabilitation et de l’accompagnement psychologique. Quant au quatrième axe, il porte sur la réhabilitation socio-économique. L’objectif étant de faciliter la réintégration des détenus au sein de la société.

Dans le cadre de la promotion de la tolérance et la prévention contre l’extrémisme violent au sein des prisons, une approche éducative spécifique a été mise en œuvre, en partenariat avec la Rabita Mohammadia des ouléma, avec le soutien du gouvernement japonais, et en coordination avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Le but étant d’immuniser les détenus contre le danger de l’idéologie extrémiste, à travers leur éducation et formation dans les domaines spirituel et religieux. Ce programme  repose sur l’élaboration de guides de formation, la mise en place d’un plan d’action pour la réalisation des différentes activités et le renforcement des capacités du personnel de la DGAPR, à travers l’organisation de sessions de formation au Centre national pour la formation des cadres à Tiflet, ainsi que la supervision de formation des intellectuels parmi les détenus de droit commun au sein des établissements pénitentiaires.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *