Mohamed Ameur : «Il faut agir dans le cadre d’une stratégie cohérente»

Mohamed Ameur : «Il faut agir dans le cadre d’une stratégie cohérente»


ALM : Comment expliquez-vous l’engouement continu des MRE pour l’immobilier ?
Mohamed Ameur : Effectivement toutes les études réalisées montrent l’engouement des MRE pour l’immobilier. La dernière étude en date, réalisée par le Haut Commissariat au Plan, fait ressortir que l’immobilier continue d’attirer près de 87% des investissements de nos ressortissants dans leur pays d’origine. Pour expliquer cet engouement, on peut avancer plusieurs raisons dont l’amélioration des conditions de logement des membres de la famille restés au pays, la réalisation du projet de retour définitif témoignant de l’attachement des MRE à leur pays natal ainsi que le fait de considérer l’investissement dans l’immobilier comme investissement sûr. Enfin, il y a les avantages accordés par l’Etat marocain pour développer le secteur.

De quelle manière votre département intervient pour inciter les MRE à investir au Maroc ?
Pour inciter les MRE à investir dans leur pays d’origine, le rôle essentiel du ministère consiste à mettre en place une politique publique pour que les  différents intervenants puissent agir dans le cadre d’une stratégie cohérente. Cette politique vise principalement la promotion des investissements productifs de nos ressortissants dans leurs régions d’origine à travers la mise en place de mesures permettant la réduction des coûts des transferts d’argent, l’assouplissement des conditions exigées par les banques pour l’octroi de prêts et la refonte des instruments financiers existants en perspective d’en faire un outil d’appui aux initiatives des MRE. Il y a aussi le volet accompagnement efficace des porteurs des projets durant toutes les phases de leur parcours d’investissement ainsi que la mise à disposition des investisseurs potentiels de banques de projets régionales. Et pour promouvoir les investissements productifs des Marocains du monde dans leurs régions d’origine, le ministère étudie actuellement la possibilité de création d’une cellule interministérielle chargée d’aller vers les investisseurs potentiels pour les mobiliser et les inciter à venir investir au Maroc.

A part l’immobilier, quels sont les autres secteurs qui attirent l’intérêt des MRE ?
Après l’immobilier, qui capte la majorité des investissements de nos ressortissants à l’étranger, vient le commerce qui attire 5,2 % des investissements globaux, suivi par le secteur agricole avec 4,1% des investissements. Et en dernier lieu, les secteurs touristique et industriel avec 2 % des investissements. Et d’après les conclusions de la récente étude du HCP, cette répartition est appelée à changer.
Les futurs investissements des MRE iraient à l’immobilier et au commerce (ex æquo), et l’on observerait un regain d’attractivité de l’agriculture (8,7%), le tourisme (5,6%) et l’industrie (5,4%). Cette tendance mériterait d’être soutenue pour favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’investissements surtout dans les secteurs productifs et générateurs d’emplois pour concrétiser les Hautes orientations de SM le Roi contenues dans son message adressé à la 5ème édition des intégrales de l’investissement, tenue à Skhirat en décembre 2007.  

Quels sont les préparatifs pour l’opération retour des MRE ?
À ce sujet, il faut rappeler que depuis l’accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône, le Maroc a consenti de considérables efforts pour améliorer les conditions d’accueil et de transit des MRE à travers la mobilisation de toutes les institutions du pays et à leur tête la Fondation Mohammed V pour la solidarité. Un comité interministériel a été créé pour préparer cette opération et veiller sur son bon déroulement. Ce comité chargé de la coordination des plans d’intervention des différents partenaires concernés est en train de mettre au point le programme d’action de l’opération retour 2008.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *