Edito : L’an 1 post-Covid

Edito : L’an 1 post-Covid

Un an déjà et ce n’est pas encore fini.

Quand, le 2 mars 2020, les autorités sanitaires annonçaient le premier cas Covid-19 au Maroc, qui aurait prédit que dans les 12 mois qui suivent le Maroc, comme le monde, allait vivre une année inédite, un bouleversement total de tout? Le mode de vie, en famille, au travail ou en société a été profondément transformé, les priorités ont changé aussi bien pour les individus que pour le pays tout entier. La vision en termes de fonctionnement des institutions et administrations publiques n’est plus la même, l’avenir n’est plus abordé avec les mêmes convictions ni les mêmes schémas…

Bien que cauchemardesques, les douze mois qui viennent de s’écouler constituent une formidable occasion d’apprentissage collectif. Les Marocains ont redécouvert, non sans fierté, un visage qu’ils ne connaissaient peut-être pas de leurs professionnels de la santé et de tous les corps de métiers qui ont été en première ligne face à la pandémie. Dans les entreprises privées, publiques et les administrations, de nouveaux modes de fonctionnement ont été adoptés sous la contrainte alors qu’ils n’avaient pratiquement été jamais testés.

Et ce gros défi, sans filet de sécurité ni préparation, a été globalement réussi puisque le Maroc a pu assurer la continuité des activités. Le Maroc s’est découvert aussi des vocations, des talents, de nouvelles opportunités et a pu pousser ses limites et ses capacités plus loin.

Oui la crise Covid a fait des victimes, des milliers de morts, elle a laissé des séquelles, a détruit des emplois et des pans de l’économie. Mais pour avancer et évoluer, il y a forcément un coût à payer et des enseignements à bien mémoriser…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *